En quête de requête pour « en quête »…

Après avoir enquêtée auprès d’indicateurs, dont l’identité doit être préservée mais qui n’en sont pas moins très bien renseignés, il m’a été rapporté qu’il est, maintes fois, arrivé qu’un roman policier un peu particulier pouvait voler, contre son gré, de mains en mains, et se retrouver à visiter familles, collègues, amis et parfois même villages entiers, avant même que les acquéreurs n’en soit devenus lecteurs !!!

Vous me voyez donc obligée de soutenir ces derniers et de lancer une requête pour que soit rendu à César ce qui appartenait à César !

Loin de moi l’idée, chers lecteurs, de vous accuser d’avoir voulu spolier, en toute tranquillité, ceux qui ont eu le bon goût de l’acheter en premier, mais avouez qu’il ne serait pas très fair play de continuer ainsi à priver ces derniers du fruit de leurs deniers!

Pacifiste de la toute première heure et éternelle combattante et partisante pour le maintien de la paix, vous me verriez bien affligée si, de mal en pis, l’ampleur de ce conflit devait s’intensifier jusqu’à ce que soit déclarée une guerre des lecteurs, guère acquéreurs, contre ces derniers, premiers pionniers !

Par pitié, évitez que ce malheur ne devienne réalité et vous sauverez la moitié (à confirmer ?) de l’humanité passionnée de romans policiers !

Empêchez ce malheur, rendez-le leur et devenez pourvoyeurs de bonheur !

Soyez vous-même acheteur et/ou offreur,

et vous remplirez ainsi de joie non seulement la hotte du Père Noël, mais aussi celle d’un vendeur, d’un éditeur, d’un lecteur et même d’un auteur dont vous encouragerez le dur labeur. 🙂

Vous permettrez, enfin, à ces premiers acquéreurs d’en être enfin lecteurs, d’en devenir peut-être amateurs et d’en rester le principal détenteur. 🙂

Et le gagnant est… ??? !!!

Avec « En attendant le désert » et ces commentaires, qui vous ont très certainement aidés, vous aurez tous compris où je suis partie…

Il s’agit bien entendu de la Tunisie !

Une mention particulière à celui qui a trouvé et qui m’a gentiment proposé de me montrer comment il avait fait !

Bravo encore à l’heureux gagnant…
Que je remercie d’autant plus…
Qu’en fait c’est moi qui en suis sortie gagnant…

En effet, c’est lui qui en a choisi le prix…
Et c’est au cours d’un dîner
Qu’il m’a proposé
Et auquel il m’a convié
Que m’a été divulgué…
qu’il suffisait d’apposer la souris
sur les clichés de
« Retour au pays »
pour savoir duquel il s’agit !

Forte de cette information,
qui n’est plus vrai aujourd’hui,
je me suis empressée d’en ôter la dénomination,
songeant que leur nomination
en simplifiait trop grandement la localisation !

Retrouver le désert

Alors que je venais à peine de terminer de trier les 351 messages qui m’attendaient,
sur les, près de, 200 publicités 🙂 ,
je me disais que j’allais enfin pouvoir consacrer un peu de temps à mon second roman,
en attendant de vous rencontrer ou, peut-être, vous retrouver, sur Lyon.

Malheureusement mes plans ont durement dû être laissés en plan,
il me faut remettre l’accent sur mon premier roman.

Vraiment dure la vie d’un jeune auteur qui ne trouve pas suffisamment de lecteurs (ou plus précisément d’acheteurs) !

Si, en ces temps de littéraire rentrée,
les premiers romans policiers ne peuvent qu’être écrasés par les best-sellers et
les 676 premières places du marché de cette rentrée,
devons-nous pour autant être complètement effacés ?

Comment lutter face à tant de publicité ?

Sommes-nous condamnés à rester derniers ?

Face à tant de livres plébiscités, comment continuer et persévérer ?

À quoi bon finalement le terminer ce second roman,
si le premier est déjà happé par cette rentrée ?

Et si je repartais le retrouver ce désert,
je pourrais peut-être m’y enterrer, m’y faire oublier…
ou pourquoi pas y être inspirée et y être plébiscitée ?
Sait-on jamais, je pourrais, peut-être, me faire une place de premier sur ce tout nouveau marché 🙂 ?

Au fait, ça sait lire un chameau ?

désert