Les VIIèmes rencontres autour de l’écriture de Lunel : une réussite

Les VIIèmes rencontres autour de l’écriture de Lunel le 13 juin 2010 ont été une sacrée réussite !

Ce fut une journée riche de belles rencontres. Merci à tous pour ces inoubliables moments et un merci particulier à :
– Jean-Marc Deharo, le président de « Boutique d’écriture » de Lunel, pour son invitation à participer à ce salon dédié au roman policier ;
– Brigitte Havet, coordinatrice de l’association pour la qualité et la chaleur de son accueil ;
– Mes deux charmants voisins de salon :
    – Marie Kocajda, auteure talentueuse, entre autres, de « Le passé compliqué » et “Le visage du songe”, thrillers publiés aux Editions Comédia et
    – Gilbert Lhubac, auteur de plusieurs documents primés, venu dédicacer de nombreux ouvrages dont « Un homme compassé » aux éditions Terriciae et « Diabolique tentation » aux éditions Mogador ;
– L’invité d’honneur, Monsieur Michel de Roy, ancier officier de police judiciaire, directeur de collection et auteur au talent incontesté plusieurs fois lauréat , venu dédicacer, entre autres, “Un petit dernier pour la route“, collection “polar en poche”  , aux Editions “papier libre” et le célèbre « Sûreté Urbaine » qui a obtenu le prix quai des Orfèvres ;
– Yves Desmazes, auteur de “Le pont du diable”, Folies meurtrières” chez stock,  et « Meurtres à l’école de police » collection “sang pour sang” chez Transit Editeur ;
– Olivier Pince, jeune auteur de romans liés à la tauromachie : “Une fièvre estivale”, ” la race des seigneurs“, qui se lance aussi dans le policier ;
– sans oublier mes acolytes de repas champêtre qui, paraît-il, se souviennent encore de mon « franc sourire » qui m’a valu de trouver un beau poème dans la boîte de réception de mes courriels ;
– mais aussi des photos souvenirs adressées par ma charmante voisine de salon, Marie Kocajda, et plus récemment, son avis suite à la lecture d’ « En quête », qui m’a beaucoup touché et que je vous livre ici en exclusivité :

« Un relan d’onirisme…
Un style clair, concis et direct à la portée de nombreux lecteurs.(…)
Le cheminement d’une enquête policière digne d’une série télévisée. Pourquoi pas ?
Le lieutenant Lucie Colombe (Colombo) pourrait être l’héroïne de plusieurs livres.
J’aimerais en savoir plus sur sa personnalité et sur sa vie privée. Curiosité d’une lectrice convaincue par le talent de Sandra Lemage !
Sandra, ton livre ne doit pas rester unique.
»

VIIèmes rencontres autour de l'écriture de Lunel
VIIèmes rencontres autour de l'écriture de Lunel

 

Quelle première ! À refaire !

Comme je l’ai dit dans La première, je n’étais vraiment pas rassurée avant d’aller présenter « En Quête » de rêve à la médiathèque de Villeneuve-Les-Béziers.

C’est toute tremblante que je pris le volant pour m’y rendre et, avec des kilomètres de bouchons, l’angoisse monte d’un cran ! Il ne manque plus que j’arrive en retard !!! Oui je sais les stars se font attendre mais, en l’occurrence, je suis bien loin d’en être une et ce serait vraiment de mauvaise augure si la levée de rideau se faisait sans la principale intéressée !!!

Finalement j’arrive à temps, installe cartes de visite, articles de presse, discute avec la directrice de la médiathèque qui lira un extrait…

Personne n’est encore au rendez-vous et aucun livre acheté malgré les 1500 affichettes distribuées et l’article qui l’avait annoncé dans l’article dans le Midi Libre du 10 août 2008 !

À l’heure pile, un premier couple arrive spécialement pour la présentation, lit les articles exposés pour patienter, puis la séance est lancée avec l’arrivée de monsieur le Maire ! Au loin, j’aperçois une connaissance qui reste en retrait !

Quelle drôle de sensation d’entendre le début de son roman lu avec autant de verve ! Le texte n’est plus perçu de la manière par son auteur, le lecteur se l’approprie et lui donne tout son sens !

Un autre passage est présenté puis commenté ! Je commence à m’exprimer et là… Je suis portée par un curieux élan ! L’auditoire semble non seulement intéressé mais capté, ce qui donne des ailes au jeune auteur intimidé !

Deux autres personnes arrivent, on recommence la lecture et la question posée est Et alors ? Que se passe-t-il ensuite ?. Je prends le relais de la directrice pour évoquer ce que perçoit et ressent Lucie, sa difficulté de gérer une situation qu’elle ne comprend et ne maîtrise pas, sa volonté de lutter contre les préjugés de ces collègues pour qui l’affaire est déjà classée sans dévoiler son lourd secret…

Un débat s’instaure alors. La question de Marie-Pascale D’où vient la vogue de ces héroïnes policiers ? suscite de longs échanges.

Lucie semble dénoter, dans la littérature policière française et étrangère, par sa sensibilité et sa féminité qui la rendent particulièrement attachante! Elle appréhende les affaires d’une façon différente qui s’apparente à celle d’une profiler, selon la directrice de la médiathèque !

On commence à évoquer le maître du suspense Stephen King, puis des auteurs français et certains américains à succès nettement plus sanglants. Et là, c’est marrant car l’un des auteurs cités est notamment celui qu’un lecteur, évoqué dans Jeune auteur générateur de lecteurs, n’avait pas aimé, confortant ainsi la différence de style d’« En Quête » de rêve !

La conclusion de Marie-Pascale vous faites honneur aux femmes me touche !!!

Maryline, rencontrée quelques semaines plus tôt, s’est joint à nous, entre temps, tandis que quelques personnes présentes prêtent une oreille attentive sans se joindre au petit cercle.

Nous nous déplaçons à la Maison de la Presse pour dédicacer « En Quête » de rêve que chacun se procure ! Et là, nous commençons à en manquer. Il faut aller en chercher dans l’arrière-boutique !

Les dédicaces se succèdent sans répit et j’en profite pour remercier chaleureusement la directrice de la médiathèque, monsieur le Maire, monsieur Daudel de la Maison de la Presse de m’avoir accueillie ainsi que chacune des personnes qui s’est gentiment déplacée pour m’écouter, les autres n’ayant pas osé, pensant que la séance était privée !

Certains promettent de repasser plus tard l’acheter, quelques exemplaires sont donc laissés à la Maison de la Presse pour ces derniers, alors que presque une dizaine sont déjà partis !!!

Ce fut vraiment une expérience particulièrement enrichissante avec débats et échanges passionnés autour du genre policier ou plus largement de la littérature d’aujourd’hui !!!

Une première à refaire même si elle ne pourra déjà plus être qualifiée de première 🙂