Entretien à la une du “coin polar”

J’ai tellement été occupée ces dernières semaines, que j’ai omis de vous signaler que j’avais été interviewée à mon retour de Lyon.

Mon entretien est en ligne, depuis le 17 novembre 2008, sur un forum dédié aux polars intitulé, justement, “le coin polar”:)

Un grand merci à LCP de s’être ainsi intéressé à “En quête” de rêve et d’avoir publié cet interview “à la une” de cet espace destiné aux passionnés de romans policiers.

Pour accéder à celui-ci, cliquez ici :

Et, depuis, il s’est retrouvé sur un autre forum destiné aux amateurs de polars : “polars d’eux” :

Quelle première ! À refaire !

Comme je l’ai dit dans La première, je n’étais vraiment pas rassurée avant d’aller présenter « En Quête » de rêve à la médiathèque de Villeneuve-Les-Béziers.

C’est toute tremblante que je pris le volant pour m’y rendre et, avec des kilomètres de bouchons, l’angoisse monte d’un cran ! Il ne manque plus que j’arrive en retard !!! Oui je sais les stars se font attendre mais, en l’occurrence, je suis bien loin d’en être une et ce serait vraiment de mauvaise augure si la levée de rideau se faisait sans la principale intéressée !!!

Finalement j’arrive à temps, installe cartes de visite, articles de presse, discute avec la directrice de la médiathèque qui lira un extrait…

Personne n’est encore au rendez-vous et aucun livre acheté malgré les 1500 affichettes distribuées et l’article qui l’avait annoncé dans l’article dans le Midi Libre du 10 août 2008 !

À l’heure pile, un premier couple arrive spécialement pour la présentation, lit les articles exposés pour patienter, puis la séance est lancée avec l’arrivée de monsieur le Maire ! Au loin, j’aperçois une connaissance qui reste en retrait !

Quelle drôle de sensation d’entendre le début de son roman lu avec autant de verve ! Le texte n’est plus perçu de la manière par son auteur, le lecteur se l’approprie et lui donne tout son sens !

Un autre passage est présenté puis commenté ! Je commence à m’exprimer et là… Je suis portée par un curieux élan ! L’auditoire semble non seulement intéressé mais capté, ce qui donne des ailes au jeune auteur intimidé !

Deux autres personnes arrivent, on recommence la lecture et la question posée est Et alors ? Que se passe-t-il ensuite ?. Je prends le relais de la directrice pour évoquer ce que perçoit et ressent Lucie, sa difficulté de gérer une situation qu’elle ne comprend et ne maîtrise pas, sa volonté de lutter contre les préjugés de ces collègues pour qui l’affaire est déjà classée sans dévoiler son lourd secret…

Un débat s’instaure alors. La question de Marie-Pascale D’où vient la vogue de ces héroïnes policiers ? suscite de longs échanges.

Lucie semble dénoter, dans la littérature policière française et étrangère, par sa sensibilité et sa féminité qui la rendent particulièrement attachante! Elle appréhende les affaires d’une façon différente qui s’apparente à celle d’une profiler, selon la directrice de la médiathèque !

On commence à évoquer le maître du suspense Stephen King, puis des auteurs français et certains américains à succès nettement plus sanglants. Et là, c’est marrant car l’un des auteurs cités est notamment celui qu’un lecteur, évoqué dans Jeune auteur générateur de lecteurs, n’avait pas aimé, confortant ainsi la différence de style d’« En Quête » de rêve !

La conclusion de Marie-Pascale vous faites honneur aux femmes me touche !!!

Maryline, rencontrée quelques semaines plus tôt, s’est joint à nous, entre temps, tandis que quelques personnes présentes prêtent une oreille attentive sans se joindre au petit cercle.

Nous nous déplaçons à la Maison de la Presse pour dédicacer « En Quête » de rêve que chacun se procure ! Et là, nous commençons à en manquer. Il faut aller en chercher dans l’arrière-boutique !

Les dédicaces se succèdent sans répit et j’en profite pour remercier chaleureusement la directrice de la médiathèque, monsieur le Maire, monsieur Daudel de la Maison de la Presse de m’avoir accueillie ainsi que chacune des personnes qui s’est gentiment déplacée pour m’écouter, les autres n’ayant pas osé, pensant que la séance était privée !

Certains promettent de repasser plus tard l’acheter, quelques exemplaires sont donc laissés à la Maison de la Presse pour ces derniers, alors que presque une dizaine sont déjà partis !!!

Ce fut vraiment une expérience particulièrement enrichissante avec débats et échanges passionnés autour du genre policier ou plus largement de la littérature d’aujourd’hui !!!

Une première à refaire même si elle ne pourra déjà plus être qualifiée de première 🙂

Elisabeth Robert

Il y a deux ans déjà, en faisant des recherches sur le net, je découvrais Elisabeth Robert, une jeune auteure à la sensibilité exacerbée ! Elle m’avait émue et touchée et j’eu envie de la contacter. Non seulement elle me répondit mais ses conseils furent payants puisque, grâce à elle, j’adressais mon manuscrit à Pietra Liuzzo, mon éditrice aujourd’hui.

Depuis deux ans, je suis avec attention le parcours de cette artiste hors du commun qui gagne à être connue !

Et quel parcours !!!

De jeune auteure d’un premier roman Au-delà des regards,

Au-delà des regards
Au-delà des regards

où l’on retrouve sa générosité, sa spontanéité et sa sensibilité, elle accroît sa popularité en devenant une blogueuse particulièrement appréciée.

Elle écrit un second roman Te souviens-tu de nous ?

Te souviens-tu de nous ?
Te souviens-tu de nous ?

où Charline, l’héroïne, dans sa quête de son chacun, nous conduit à nous interroger sur nos sentiments et en laquelle chaque trentenaire célibataire saura se reconnaître…

Aujourd’hui, c’est Voyages de toi… qui force l’admiration.

À la fois parce que l’on y retrouve la sensibilité, le style épuré de la jeune auteur. On ne peut être que transporté par Elisa qui nous amène, après le décès de son petit ami, à travers le monde. Elle retrace son périple dans un blog qu’elle ouvre pour maintenir un lien avec les siens.

Mais aussi parce que de jeune auteure, blogueuse notoire, Elisabeth Robert devient avec Voyages de toi… aussi éditrice.

Voyages de toi… est le premier livre édité par sa toute jeune maison d’édition, les Éditions Volpilière.

Et quelle qualité !!! Une couverture sobre et agréable,

Voyages de toi...
Voyages de toi...

une préface signée François Alquier à la hauteur de son auteur, une héroïne à laquelle on s’attache toujours autant, un roman prenant qui vous fait voyager, qu’on n’a plus envie de lâcher et qu’on a envie de faire partager…

Merci à cette jeune auteure, blogueuse et désormais éditrice pour l’honneur qu’elle fait à la littérature et à l’édition française !!! On n’a pas fini d’entendre parler d’Elisabeth Robert… et ce, pour notre plus grand bonheur !!!